Hirak algérien : l’État « civil », jeu et enjeu

En Algérie, le concept d’«État civil» est généralement perçu comme l’anti-thèse de l’État militaire ou policier qui sévit dans le pays depuis l’indépendance. Je voudrais insister dans cet article sur le fait que ce terme est en réalité synonyme d’État laïc, même s’il fait référence aux valeurs islamiques.

Chachnaq, mythe et histoire

Chachnaq est la résultante d'une combinaison d'histoire et d'imagination. Il est né d'une reconstruction des faits qui se seraient déroulés il y a environ trois mille ans.

Saïd Sadi, tel que je le vois

Le Dr Saïd Sadi s’est montré partisan de « tout ou rien » en s’adressant via une vidéo au Dr Mourad Dhina, patron du mouvement Rachad. Comme à son accoutumée Sadi a fait preuve d’une verve caustique. Adoptant un ton délibérément hautain, le démocrate invétéré, donna l’impression d’un soldat guerrier décidé à asséner des flèches acérées à son ennemi. Dhina a pris pour son grade.

Force et faiblesse du mouvement populaire algérien

La non-violence constitue l’un des traits les plus saillants du mouvement populaire algérien. « Révolution du sourire », « Révolution du velours » sont quelques-uns des qualificatifs qui ont été utilisés pour caractériser la protestation qui agite l’Algérie depuis le 22 février dernier.

Une révolution ? Non, Sire, une révolte !

Pour qualifier un mouvement populaire de « révolution », il est admis que doit être constaté une profonde rupture dont les signes probants sont la mise à bas des institutions.

Sale temps pour la police politique

La protestation populaire de très grande ampleur qui a gagné toute l’Algérie a rendu caduc le levier de la peur dont disposait la police secrète.

Fermer le panneau
Follow @larbigra